...

Couvreur Tavers (45190)

✓ Service ✓ Expertise ✓ Compétence

Artisan
Qualifié

Garantie Décennale

Devis
Gratuit

Tarifs Compétitifs

Satisfaction Clients ✓

Compagnie de couverture dans la ville de Tavers, 45190

Vous êtes à la recherche d’un artisan spécialiste en toiture dans la ville de Tavers ? Votre toit se détériore ou vous cherchez seulement à faire laver vos tuiles ? Il suffit d’avoir des compétences et un savoir-faire tout à fait précis pour ce genre de travail à Tavers ! Nous sommes là pour vous accompagner et pour accomplir les services qui satisferont à vos désirs à Tavers ou aussi en tant que entreprise de couverture à Orléans ! entreprise couvreur à Tavers toiture

Pose d'une couverture de toit à Tavers

Si vous cherchez un couvreur pour l’installation de votre toit à Tavers, 45190, n’hésitez pas à rentrer en contact avec nous. Nous pouvons intervenir pour ce genre de projet dans le département des Loiret.

la toiture est effectivement la surface extérieure. C’est-à-dire, c’est ce qui permet à votre maison d’être à l’abri des intempéries, entre autres. Diverses couvertures existent pour une toiture à Tavers:

  • La couverture habituelle : cela peut être l’ardoise, les tuiles ainsi que la terre cuite selon ce que vous avez souhaité choisir pour votre toiture à . Ces matériaux peuvent être considérés comme respectueux de l’environnement uniquement s’ils sont employés et élaborés sans déplacement.
  • La chaume : ce n’est pas dans n’importe quelle région que l’on peut avoir des toits conçus en chaume. Principalement, il faut avoir le climat favorable afin que ce matériau puisse se conserver correctement tout au long de son existence.
  • Le bardeau produit en bois : ressemble à de mini-tuiles, bien que ces revêtements sont, étymologiquement, fabriqués en bois. Demander nous pour plus d’information pour ce type de couverture à Tavers.
  • Le toit végétalisé : si vous préférez les matériaux plus respectueux de l’environnement, c’est le toit qui correspondra le plus. Rappelons en outre que ce dernier contribue dynamiquement à l’environnement .

 

Tel que vous pouvez le connaitre, les revêtements peuvent être divers et variés à Tavers ou dans la région Centre-Val de Loire. Cependant, il serait mieux d’en faire attention pour éviter d’éventuels risques.

 

Pour en prendre soin, nous vous recommandons vraiment de faire effectuer un nettoyage de toiture à Tavers afin de voir s’il n’y a aucun problème sur celle-ci par la même occasion.

Réparation de votre toiture sur Tavers

dépannage et réparation de toiture à Tavers 45190 L’entretien de votre revêtement de toiture reste notre raison d’existence ! Vous avez découvert que votre couverture est usée et a besoin d’une dépannage de toiture à Tavers ? Vous ne savez pas comment réparer cela ? Vous prévoyez des services de recouvrement ? Rassurez-vous, nous sommes l’artisan couvreur à Tavers, 45190 qui vous convient ! Avec nous, vous ne rencontrez aucune surprise : nous établissons des devis, répondant à vos demandes ! Nous faisons tout le nécessaire de façon que vous puissiez bénéficier d’un toit adéquat dans le meilleur délai.

Montage Zinc, Ardoise & Tuile Tavers

réparation de tuiles sur toit et pose à Tavers L’eau reste le pire ennemi d’un bâtiment quel qu’il soit à Tavers. Dès qu’elle s’est installée, elle va se répandre dans chaque élément, béton ciment, bois et puis les dommages et les briques. Pas toujours très visibles à l’origine peuvent des fois être d’une grande importance à terme. De plus détenir une couverture toujours en bon état est absolument impératif. Une pose de tuile, élaborée en ardoise ou zinc, et leur changement dans le cas où elles sont usées est ainsi primordiale. L’Art du Toit propose aussi des services de nettoyage de gouttière à Tavers car celle-ci sont toutes aussi importante à entretenir.

Quel est intérêt de recourir à nos offres de couvreur à Tavers?

nettoyage et démoussage de toiture à Tavers Vous voulez une intervention de couverture à Tavers ? Toutefois, vous ne savez pas vraiment si cela est nécessaire de consulter une société prestataire ? Nous vous expliquons pourquoi vous pouvez certainement vous fier à notre entreprise:
  1. En choisissant nos offres, vous profiterez d’une installation réussie. Nous possédons les facultés et la technique pour que vos revêtements soient reconstruits et restaurés en un rien de temps.
  2. Vous jouirez des résultats exceptionnels dans la ville de Tavers. Nous sommes professionnels dans notre domaine et nous déployons tout pour que les résultats correspondent à vos exigences.
  3. Ne vous inquiétez pas pour ce qui est du suivi du chantier, c’est nous qui nous en chargeons dans votre ville et le département des Loiret. En d’autres termes, dès que nous avons renouvelé vos tuiles et effectué la remise en état de votre toit à Tavers, l’entretien de votre toiture s’accomplit par notre équipe. N’oubliez pas aussi que nous pouvons vous aider pour isolation de toitures à Tavers afin de baisser votre consommation et d’économiser sur vos factures d’énergie.
  4. Vous avez simplement des missions de restauration à réaliser ? Si vous aimez que ces missions soient accomplies de manière correcte, il faudra consulter un artisan couvreur à Tavers. Ainsi nous nous sommes disponibles pour rafraîchir l’intégralité de votre toiture à Tavers.
  5. Grâce à un bon couvreur qualifié, vous obtiendrez un devis précis. Vous connaitrez de ce fait correctement combien cela pourrait vous coûter.

Nous Appeler

À propos de Tavers

Tavers est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

La commune fait partie de la région naturelle du Val de Loire, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

La commune de Tavers se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole du Val de Loire, l’aire urbaine d’Orléans et le bassin de vie de Beaugency[3].

Elle est riveraine à la Loire, mitoyenne à la commune de Beaugency, son ancien chef-lieu du canton jusqu’en mars 2015 et qui se trouve juste en amont du fleuve à 2,5 km, et à vol d’oiseau elle est à 27,2 km au sud-ouest d’Orléans, préfecture du département.

Les communes les plus proches sont : Beaugency (2,5 km), Lestiou (3,1 km, en Loir-et-Cher), Saint-Laurent-Nouan (4,5 km, en Loir-et-Cher), Villorceau (4,9 km), Avaray (5,4 km, en Loir-et-Cher), Messas (5,8 km), Lailly-en-Val (6,1 km), Courbouzon (7,1 km, en Loir-et-Cher), Baule (7,2 km) et Josnes (8 km).

Les communes limitrophes sont :

La presqu’île de la Saussaye, c’est-à-dire les terres entre la Loire et le Lien) passe du territoire de Lestiou (Loir-et-Cher) à celui de Tavers le 25 vendémiaire l’an XII siècle du calendrier républicain (18 octobre 1803)[6].

Tavers incluait autrefois les hameaux les Grottes et Loynes au nord de la commune. Ceux-ci sont attribués à Villorceau le 19 juillet 1845.

Feularde était autrefois une terre seigneuriale du Temple faite d’une ferme et de 152 arpents de terre d’un seul tenant. Reprise ensuite par l’ordre de Malte, le domaine rapportait 350 livres en 1757 et 530 livres en 1783, incluant les droits seigneuriaux.

Dans la boité déroulante qui suit, les hameaux suivis d’une astérisque sont indiqués sur la carte de Cassini (établie vers 1745) ; le cas échéant, l’orthographe passée différente est indiquée entre parenthèses. Les hameaux disparus depuis sont entre crochets : [(hameau)].

La commune se situe dans le sud du Bassin parisien, le plus grand des trois bassins sédimentaires français. Cette vaste dépression, occupée dans le passé par des mers peu profondes et des lacs, a été comblée, au fur et à mesure que son socle s’affaissait, par des sables et des argiles, issus de l’érosion des reliefs alentours, ainsi que des calcaires d’origine biologique, formant ainsi une succession de couches géologiques.

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire et de roches sédimentaires datant du Cénozoïque, l’ère géologique la plus récente sur l’échelle des temps géologiques, débutant il y a 66 millions d’années. La formation la plus ancienne est du calcaire de Pithiviers remontant à l’époque Miocène de la période Néogène. La formation la plus récente est des alluvions récentes des lits mineurs remontant à l’époque Holocène de la période Quaternaire. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « n°397 – Beaugency » de la carte géologique au 1/50 000 du département du Loiret[11][12] et sa notice associée.

La superficie cadastrale de la commune publiée par l’Insee, qui sert de références dans toutes les statistiques, est de 22,62 km[14][Note 1]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l’IGN, est quant à elle de 22,31 km[12]. Son relief est relativement plat puisque la dénivelée maximale atteint 44 mètres. L’altitude du territoire varie entre 75 m et 119 m.

La rivière le Lien, affluent direct de la Loire, coule sur la commune. Il naît de plusieurs sources près du hameau Feularde. À environ 210 m au nord se trouve un dolmen, et 3,5 km toujours au nord le dolmen de la Pierre-Qui-Tourne. Le Lien s’écoule vers le sud-est dans la vallée des Buis où il arrose le hameau le Vau puis, peu après, reçoit l’eau de la source dite fontaine des Bergers. Passé la N2152, il reçoit la source de Pontpierre ; puis il arrive dans Tavers et s’y ramifie notablement[9], détourné et capté pour les besoins passés des nombreux moulins et lavoirs,.

Au lavoir Paillard, dernier ouvrage qu’il arrose dans sa vallée, il rejoint la vallée de la Loire et y reçoit la source des Fontenils ou Eaux Bleues (voir ci-dessous). Là il prend la direction sud-ouest sur environ 3,5 km, longeant le pied de l’escarpement de 10 m de hauteur qui borde le grand lit majeur du fleuve. Sur cette section de son parcours il rencontre le hameau de Guignes à 900 m ; et dans les environs immédiats de la ferme du Ver à 2 km, un dolmen, la chapelle Saint-Antoine et la source du même nom[Mérimée 2]. Les derniers 1,500 m servent de limite de commune avec Lestiou.

Il passe ensuite sur le territoire d’Avaray dans le Loir-et-Cher, où il effectue sa confluence avec la Loire 400 m après avoir quitté le territoire de Tavers.

Près des Fontenils à 300 m de la Loire, se trouve la source des Eaux Bleues ainsi appelée à cause de son eau remarquable par son bleuté lumineux et sa limpidité dans le bassin. Le lieu est également connu comme bassin de la Bouture. Le moulin du même nom avait une roue alimentée “par-dessus” : l’eau arrivait sur le sommet de la roue.

la source des Fontenils, parfois également appelée à tort les Eaux Bleues, présente ce qui est localement appelé des « sables mouvants » : dans une eau elle aussi d’un bleuté lumineux et limpide, de petites sources provenant de la nappe phréatique de Beauce et de résurgences de la Loire, provoquent parfois des bouillons qui agitent des sables,. L’aspect bleu et translucide de l’eau est dû à une très faible minéralisation.

Le , le Val de Loire, dans le cours moyen du fleuve de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) comme « paysage culturel ». Cette inscription reconnaît au site une « valeur universelle exceptionnelle » fondée sur la densité de son patrimoine monumental, architectural et urbain, l’intérêt du paysage fluvial et la qualité exceptionnelle d’expressions paysagères héritées de la Renaissance et du Siècle des Lumières. Toute altération de la V.U.E. est considérée comme une perte pour la mémoire de l’Humanité. Le préfet de la région Centre, préfet coordonnateur, approuve le plan de gestion pour le Val de Loire patrimoine mondial par arrêté en date du 15 novembre 2012[DREAL 1]. Trente-cinq communes du Loiret sont concernées, dont Tavers qui a une frange de son territoire inscrite et le reste en zone tampon[DREAL 3].

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s’engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d’habitats et d’espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L’objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés,. Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Tavers sont au nombre de deux[INPN 1].

L’inventaire des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Tavers comprend trois ZNIEFF.

Tavers possède le label ville fleurie : deux fleurs lui ont été attribuées par le conseil national des villes et villages fleuris de France dans le cadre du concours des villes et villages fleuris.

L’étymologie du nom de la commune est contestée. Tavers, en gaulois Tavos signifie tranquille, silencieux, et suffixe obscur, ou Taberna, gîte d’étape, de passage[26].

De Taverso, 1203 ; Apud Taversum, XIVe siècle ; tem apud Tavers, XIVe siècle ; Tavers en Beausse, 1521[30] ; Tavers, 1740 ; Tavers, XVIIIe siècle sur la carte de Cassini.

Les fouilles subséquentes à la découverte d’un dépôt métallique vers la ferme des Caves, ont dévoilé une très longue histoire d’occupation des lieux, depuis le premier âge du fer jusqu’au XIXe siècle et incluant Carnutes, époque gallo-romaine et Moyen Âge.

Des silex taillés trouvés au Grand Pressigny sont exposés au musée de Tavers.

Un dépôt métallique réunissant des objets en fer et alliages cuivreux datant du Hallstatt (premier âge du fer, soit la seconde moitié du VI siècle av. J.-C.) a été trouvé en 2012 dans les environs de la ferme des Caves[32][note 3].

Les recherches effectuées à la suite de cette découverte ont révélé des fossés et enclos antiques ou postérieurs, deux enclos fossoyés laténiens (entre environ 450 ans av. J.C. et 25 ans av. J.C., apogée de la civilisation celtique), une villa romaine et ses annexes, et un site à fossé curviligne probablement médiéval.

Les enclos entourés de fossés ont été datés de la Tène D (150 ans av. J.C. – 30 ans av. J.C.). Les Carnutes de la région d’Orléans y ont laissé des céramiques et des monnaies, dans un grand site gaulois suggérant une vocation agro-pastorale. Au sud-est de cet emplacement se trouve un autre site, plus petit, indiquant une activité de forge. Le site a été incendié dans le courant du I siècle av. J.-C.[32].

Le site est subséquemment occupé par une villa gallo-romaine jusqu’au IV siècle[32]. Une nécropole du Bas-Empire romain (entre les années 284 et 476) remontant au IV siècle a été retrouvée[Mérimée 3] en 1859 ou 1860 à 160 m du coin nord-est de l’église actuelle lors de fouilles à l’angle des rues Jules Lemaître et du Grand Clos[note 4], c’est-à-dire au sommet de l’escarpement bordant le grand lit majeur de la Loire. À cette location le sol est plus rocailleux que sur le plateau, et la nécropole occupe le sol plus pauvre tandis que l’habitat était probablement condensé autour des exploitations agricoles réparties sur le plateau. Les tombeaux « sont en pierres blanches, plus étroits aux pieds qu’à la tête, taillés sans ornements, et de la même nature que [la pierre] dont il se faisait jadis un si grand commerce sur la Loire. [Les tombeaux] ne contenaient que des ossements »[34].

Une occupation du Haut Moyen Âge prend le relais, sans que l’on puisse pour l’instant déterminer s’il y a eu continuité d’occupation entre l’époque gallo-romaine et l’époque médiévale. La ferme des Caves date peut-être de cette dernière période ; son site aurait été déplacé de quelques centaines de mètres[32]. Un lieu de culte mérovingien (V siècle – milieu du VIIIe siècle) a été trouvé à la limite Est de la nécropole du Bas Empire romain. Ce lieu de culte aurait été abandonné X siècle. Tout près, a été construit un silo domestique associé à un habitat carolingien (an 751-Xe siècle).

À l’ouest de la nécropole un bâtiment préroman (VI – VIIIe siècles) remplace le précédent : il s’agit probablement de la première église Saint-Jean-Baptiste, dont le vocable annonce une haute période. Ces constructions sur la nécropole agglomèrent des maisons autour d’eux.

C’est à Tavers que résida la reine Aliénor d’Aquitaine pendant le concile de Beaugency, qui conclut à l’annulation de son mariage avec le roi Louis VII en mars 1152, après 15 ans de mariage.

La chapelle romane Saint-Martin est mentionnée par une bulle du 10 mars 1139 du pape Innocent II (1130 – 1143) qui confirme à Joscelin, abbé de Notre-Dame de Beaugency sa possession de la chapelle. Elle était située au sud de l’église actuelle, contre le cimetière,, partiellement accolée au côté Est du mur nord de la demeure de notable construite dans le 1er quart de XII siècle au 2, rue des Eaux Bleues. En 1150 Eugène III donne la chapelle à l’abbaye bénédictine de femmes de Beaumont-lès-Tours, qui la garde jusqu’à la Révolution. Sa construction date probablement de peu avant 1139 et montrait de grandes similitudes avec la porte ouest de l’église Saint-Jean-Baptiste[Mérimée 5] à Tavers, disparue de nos jours. Son abside est probablement démolie au XIX siècle lorsqu’est construit un bâtiment accolé à l’est et qui n’est pas indiqué sur le cadastre de 1828. Elle est vendue et démontée vers 1920 et emportée aux États-Unis. Elle était comparable à la porte ouest de l’église paroissiale maintenant disparue[Mérimée 4].

La même bulle de 1139 cite le moulin de Tavers et la terre de Taupenne’ comme possessions de la paroisse de Prénouvellon (~30 km au nord).

Une église est construite pendant l’époque romane, à l’emplacement de l’église actuelle. Elle est détruite au siècle dernier.

Après la guerre de Cent Ans (1337 à 1453), l’économie locale reprend lentement et le bâti s’étend.

Une porte à coussinets de la fin de l’époque médiévale (XIIIe ou XIV siècle) se trouve dans Tavers à l’ouest de l’église au 6, rue des Moulins. Environ quarante bâtiments possèdent encore au moins un élément de porte ou de fenêtre datant de la fin du XVe siècle ou du début du XVI siècle ; quelques-uns sont entièrement conservés. La plupart sont voisins de l’église à l’ouest et au nord jusqu’à la limite de la rue des Sœurs, et rue de Foussard sur le versant droit (côté Est) du Lien.

Environ douze autres bâtiments de la même époque se trouvent en dehors de Tavers (voir plus bas la section « Culture et patrimoine local – Lieux et monuments »). De cette époque, hormis certaines demeures de notables dans le village qui comportent deux niveaux[Mérimée 6], les maisons modestes encore existantes ont pour la plupart un seul niveau. La maison située à l’angle des rues Fromagette et de l’Angleterre et attenante à la maison du 6 rue de l’Angleterre, a été construite à flanc de coteau ; elle a deux niveaux côté sud et un seul côté nord[Mérimée 3][Mérimée 8].

La cloche Charlotte Marie-Madeleine de l’église prieurale disparue Saint-Jean-Baptiste date de 1737.

Le site contient aussi des vestiges de la bataille menée par l’armée de la Loire pour stopper l’avance prussienne lors de la guerre de 1870.

Le bâti dans Tavers marque le siècle avec ses maisons à 2 niveaux ou à surcroît.

Jusque vers le milieu du XIX siècle, la vigne domine largement ce terroir[37] ; les cépages traditionnels étaient auvergnats ou gascons. Le mildiou, qui apparaît vers 1850, commence l’attaque sur le vignoble. Le coup final est donné par le puceron du phylloxéra, qui quant à lui commence à sévir vers 1860[37]. Les vignes détruites sont remplacées par des cépages de gris meunier (voir “Meunier (cépage)“), un pinot bourguignon déjà implanté autour d’Orléans. Le vin du domaine des Guignes avait particulièrement bonne réputation[39].

Pendant les Trente Glorieuses suivant la Seconde Guerre mondiale, l’implantation du bâti sur la commune est notablement modifié. Des lotissements et constructions neuves se développent le long de la rue Jules Lemaitre en direction de Beaugency, ainsi qu’une zone industrielle sur la RN 152 à l’entrée du village, toujours en direction de Beaugency.

Le 21 février 1558 au château de Tavers, Louis d’Eschelles, escuyer, rend hommage pour la terre et seigneurie de Tavers.

En 1598 le seigneur de Tavers est Charles de Hacqueville, époux de Louise du Drac. Leur fille Marie de Hacqueville, veuve de Pierre Bruslart, conseiller au parlement de Paris, épouse en secondes noces André Le Picart, seigneur de Ruvigny, auditeur en la chambre des comptes

En 1785 Gaston Joseph l’Eufernat est marquis de Tavers et de Villars. Sa femme est Perrette Marie Darigneau. Il possède le château des Guignes .

Les Perelles étaient seigneurs de la Moyse à Tavers. François de Perelles, fils de Robert de Perelles et de Jeanne Bouchetel, était maître des Eaux et Fôrets de la châtellenie de Beaugency. De leur demeure il ne reste plus que le nom d’un lieu-dit, le bois des Mouises[note 6].

Tavers est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Beaugency, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[46] et 8 644 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction d’Orléans dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 136 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[49][50].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (90 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (86,3 %), zones urbanisées (5,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,3 %), eaux continentales (2,2 %)[51].

L’évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l’IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 1].

Le conseil municipal prescrit l’élaboration d’un plan local d’urbanisme le 11 octobre 2001, en application de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains, dite loi SRU, et afin de remplacer le plan d’occupation des sols qui avait été approuvé en 1979 et révisé en 1990. Après l’enquête publique qui s’est déroulée du 6 juin au 9 juillet 2005, le document est approuvé le 4 novembre 2005. Une demande de modification est ensuite instruite et approuvée en 2011,.

La commune est membre du Pays Loire Beauce, qui regroupe 38 communes. En 2012 les Pays Forêt d’Orléans Val de Loire, Loire Beauce et Sologne Val-sud sont les seuls territoires du département du Loiret ne disposant pas de schéma de cohérence territoriale (SCoT). Compte tenu de l’intérêt de cet outil pour l’avenir des territoires, les élus de ces pays décident d’engager une démarche commune d’élaboration de SCoT. Le comité syndical du Pays Loire Beauce se prononce majoritairement en janvier 2013 pour prendre la compétence « Elaboration, gestion et suivi du Schéma de Cohérence Territoriale » dans ses statuts. Le périmètre de SCoT à l’échelle des 38 communes composant le Pays Loire Beauce est arrêté par le Comité Syndical le 26 juin 2013[55]. Les trois SCoT sont lancés officiellement et simultanément à La Ferté-Saint-Aubin le 21 juin 2014, l’assistance à maîtrise d’ouvrage étant confiée à un seul bureau d’études[57]. Après étude et concertation de 2014 à 2017, le document doit être approuvé en 2018.

La commune est traversée par l’autoroute A10, dite « l’Aquitaine », et la route départementale 2152.

L’autoroute A10 relie Paris à Bordeaux (au niveau de sa rocade) via Orléans, Tours, Poitiers et Niort. Elle traverse la commune dan sa partie nord-ouest, mais n’a aucun échange avec son territoire. Les accès les plus proches à cette autoroute sont la sortie n 15 du diffuseur de Meung-sur-Loire, situé à 11 km au nord-est et la sortie no 16 à 11 km au sud-ouest à Mer.

La RD 2152 est une route à grande circulation ; elle remonte le cours de la Loire en rive droite (côté nord) de Blois à Orléans, puis remonte vers le nord-est jusqu’à Malesherbes et la Seine-et-Marne[59]. Il s’agit de l’ancienne RN 152 qui reliait Briare à Angers par la rive droite de la Loire lors de sa création en 1824, et qui succédait à la Route impériale 172. Le tronçon Orléans – Blois de la RN152 – qui inclut Tavers – est inscrit à l’Inventaire général du patrimoine culturel[Mérimée 10]. Le 22 décembre 2005, la RN152 est déclassée dans sa totalité et transférée au Conseil Général du Loiret par arrêté préfectoral, consécutivement au décret du 5 décembre 2005[63] qui définit la nouvelle consistance du réseau routier national et qui prévoit de n’y maintenir que la partie la plus méridionale de la route, entre le débouché de l’A66 et l’Espagne. Cet axe traverse la commune du nord-est au sud-ouest et y fait circuler en 2014 un trafic de 6 742 véhicules/jour.

La RD 917 (1 408 véhicules/jour) constitue la limite de commune avec Villorceau au nord.

En 2016, Tavers est desservie par la ligne régulière n 9 du réseau d’autocars interurbains Ulys[65] qui relie Beaugency – Meung-sur-Loire – Saint Ay – Chaingy – Orléans. Des correspondances SNCF sont assurées à la gare d’Orléans et TAO et Transbeauce à la Gare routière d’Orléans. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015.

La commune est traversée par la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, l’une des grandes lignes de chemin de fer radiales françaises partant de Paris en direction du Sud-Ouest du pays. La gare la plus proche est la gare de Beaugency, à 2,43 km, qui est desservie par des trains Interloire circulant entre Orléans et Le Croisic ou Nantes et des trains TER Centre-Val de Loire circulant entre Blois ou Tours et Orléans.

Le sentier de grande randonnée 3 (GR 3), premier chemin de grande randonnée balisé en France, suit la rive droite de la Loire ; il entre sur la commune par Lestiou et la quitte pour Beaugency. En rive gauche de la Loire se trouve le GR 655 Est ou Via Turonensis.

La commune de Tavers est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible). Elle est également exposée à deux risques technologiques : le risque nucléaire et le risque de transport de matières dangereuses. Entre 1989 et 2019, quatre arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune : trois pour des inondations et coulées de boues et un pour des mouvements de terrains[70].

La commune est située en grande partie hors zone inondable. La petite zone inondable de la commune fait partie du val d’Ardoux. Le bourg se trouve sur le coteau, mais contrairement aux autres agglomérations qui s’étalent le long de la voie parallèle à la rive, il est orienté NO/SE c’est-à-dire perpendiculairement à la rive droite de la Loire. Cela est dû au fait qu’il s’est développé le long d’un affluent de la Loire, le Buis. Il y a des risques de remontée des eaux de la Loire dans la vallée du Buis mais aucune construction ne s’y trouve. Des habitations se sont implantées cependant le long de la route nationale mais toujours sur le coteau. Seules quelques maisons et fermes sont localisées en aléa fort. Le risque d’inondation est pris en compte dans l’aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) du val d’Ardoux, approuvé le [72].

Le territoire de la commune peut également être concerné par un risque d’effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l’inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités.

Par ailleurs le sol du territoire communal peut faire l’objet de mouvements de terrain liés à la sècheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d’un changement d’humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l’eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sècheresse. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l’été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est exposée à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l’échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[75].

Depuis le , la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante. La commune, à l’instar de l’ensemble du département, est concernée par un risque très faible[70].

Dans le domaine des risques technologiques, une partie du territoire de la commune peut être concernée par le risque nucléaire. En cas d’accident grave, certaines installations nucléaires sont en effet susceptibles de rejeter dans l’atmosphère de l’iode radioactif. Or la commune se situe en totalité à l’intérieur du périmètre de 20 km du Plan particulier d’intervention de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. À ce titre les habitants de la commune, comme tous ceux résidant dans le périmètre proche de 20 km de la centrale ont bénéficié, à titre préventif, d’une distribution de comprimés d’iode stable dont l’ingestion avant rejet radioactif permet de pallier les effets sur la thyroïde d’une exposition à de l’iode radioactif. En cas d’incident ou d’accident nucléaire, des consignes de confinement ou d’évacuation peuvent être données et les habitants peuvent être amenés à ingérer, sur ordre du préfet, les comprimés en leur possession[78].

La commune est exposée au risque de transport de matières dangereuses, en raison du passage sur son territoire d’un gazoduc et d’un oléoduc exploité par la société Trapil, d’une ligne de transport ferroviaire.

La paroisse de Tavers acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l’Assemblée Nationale puis celui de « commune », au sens de l’administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[81]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l’organisation municipale pour qu’un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central.

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n’a affecté la commune depuis sa création.

La commune est membre de la communauté de communes du canton de Beaugency depuis sa création le . Depuis le , la commune est membre de la communauté de communes des Terres du Val de Loire.

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Tavers et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Sous l’Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Tavers était rattachée sur le plan ecclésiastique à l’archidiaconé de Beaugency, sur le plan judiciaire au bailliage royal de Beaugency, sur le plan militaire au gouvernement d’Orléans et sur le plan administratif à la généralité d’Orléans[89].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Tavers est alors incluse dans le canton de Beaugency, le district de Beaugency et le département du Loiret.

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l’action de l’État. La régionalisation fonctionnelle des services de l’État (1945-1971) aboutit à la création de régions[92]. L’acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l’autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes. L’acte II intervient en 2003-2006[94], puis l’acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Tavers aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l’historique de l’évolution de leurs territoires.

La commune de Tavers est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire, à la fois circonscriptions administratives de l’État et collectivités territoriales.

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Tavers, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste), pour un mandat de six ans renouvelable[108]. Il est composé de 15 membres. L’exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c’est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Au 31 décembre 2016, la commune est membre du syndicat mixte intercommunal pour le ramassage et le traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de la région de Beaugency, créé en 1971. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles en porte à porte, des emballages ménagers recyclables en porte à porte ou en points d’apport volontaire, du verre en points d’apport volontaire et des papiers en points d’apport volontaire [112]. Un réseau de sept déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). La déchèterie la plus proche de la commune est celle de Villorceau. L’élimination et la valorisation énergétique des déchets est effectuée dans l’UIOM de Saran depuis 1996, exploitée par la société Orvade, filiale du groupe Veolia, par délégation de service de la communauté urbaine Orléans-Métropole[113].

La loi NOTRe du rend obligatoire l’exercice de la compétence « gestion des déchets ménagers » pour les communautés de communes à partir du [114], qui ne fait donc désormais plus partie des compétences de la commune mais de celle de la communauté de communes des Terres du Val de Loire. Dans ce cadre, le préfet du Loiret indique dans un courrier du aux présidents des communautés de communes concernées que le SMIRTOM de la région de Beaugency sera dissout le .

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques. Au , la production et la distribution de l’eau potable sur le territoire communal sont assurées par le la commune elle-même[117]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l’exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[118][119].

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte, est assurée par le SI TEU BEAUGENCY-VILLORCEAU-TAVERS, un syndicat créé en 1999 desservant trois communes (Beaugency – Tavers – Villorceau)[121][122][123]. La commune est raccordée à une station d’épuration située sur le territoire de la commune de Beaugency, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 11 800 EH, soit 1 900 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d’épuration biologique dit « à boues activées »,.

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel. Depuis le , la Communauté de communes des Terres du Val de Loire assure le service public d’assainissement non collectif (SPANC), après la fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du Canton de Beaugency, du Val d’Ardoux et de la Beauce oratorienne située dans le Loir-et-Cher qui l’assuraient auparavant. Celui-ci a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations.

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine…) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets…). L’observatoire national des services d’eau et d’assainissement publie la description actualisée des services publics d’eau potable et d’assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[129]. Le prix au m est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE).

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[142].

En 2020, la commune comptait 1 351 habitants, en augmentation de 0,3 % par rapport à 2014 (Loiret : +1,88 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Le musée archéologique de Tavers expose des vestiges de la vie animale depuis le Miocène (animaux, 20 millions d’années) et de la vie humaine depuis le Paléolithique.

De nombreux monuments ou objets sont listés à l’inventaire des monuments historiques ou répertoriés dans l’inventaire général du patrimoine culturel :

Publication récente

Ce que nos clients disent de nous

Découvrez les avis clients à Orléans et dans le Loiret de Couverture Tilly.D.

Nos Entreprises Partenaires

Nous travaillons avec l’ensemble de ces marques présentent sur le marché. 

FAQ

Notre société peut travailler en tout lieu pour assurer la mise en place de toit, la maintenance ou bien la restauration, le nettoyage, l’installation de canalisation, le système d’isolation de vos combles ainsi que la mise en place de fenêtre dans la ville de:Couvreur Fleury-les-Aubrais (45400), Couvreur Olivet (45160), Couvreur Saint-Jean-de-Braye (45800). N’ayez pas peur de nous contacter dans le souci. Nous serons ravis de vous conseiller en tant que couvreur confirmé dans la ville de Tavers.

  • Nous procurons des devis personnalisés et gratuits
  • Nous possédons tous les certificats d’assurances utiles
  • Notre établissement est attesté et labellisé
  • Nous déployons que des dispositifs performants en tant que couvreur à Tavers.
  • Nous entreprenons tous nos travaux dans le plus bref délai
  • Nous fournirons une assurance décennale
  • Nous accomplissons notre travail dans le respect des normes de la sécurité
  • Nous laissons nos chantiers propres à chaque fois
  • Nous accompagnons nos clientèles pendant tous les travaux
  • Un personnel à votre service
  • Un team bien formé, chaque employé possède un haut niveau d’expertise.
Selon l’âge mais aussi le degré d’endommagement de votre toit, nous saurons s’il est indispensable de faire une remise en état ou une restauration entière de votre toiture à Tavers. Une toiture parfaitement entretenue tiendra pendant de longues années et pourra la plupart du temps être simplement restructurée. Au cas où votre maison a été endommagée par du mauvais temps ou si votre couverture est vraiment vieille, il sera parfois plus économique et plus avantageux de faire un remplacement complet de votre couverture. Notre équipe d’agents couvreurs confirmés pourra vous guider et proposer un devis pour la réparation, la restauration ou bien le changement total de votre couverture.
L’entretien de son toit de maison conduit à vous mettre à l’abri des mauvais temps, mais surtout de sauvegarder la qualité de votre appartement. A vrai dire, un toit en bon état est gage de sérieux pour le mieux être de sa famille. Les paramètres qu’il faut examiner usuellement à Tavers sont l’étanchéité et le vieillissement de la charpente. Pour être sûr de l’excellent état de votre toiture, nettoyez le revêtement du toit par un agent couvreur expérimenté pour débarrasser le toit et les gouttières des mousses et autres végétaux qui favorisent sa dégradation. Il est également utile d’examiner l’emboîtement et la vidange du mécanisme des ouvertures de toit. L’examen de la pose des tuiles ou ardoises sur la toiture est aussi un point sur lequel il faut être vigilant, surtout à la suite des mauvais temps. La charpente ne doit pas être sujette aux infiltrations et une vérification de l’entrée d’espèces xylophages (termites, capricornes) doit être effectué principalement par un couvreur. Profitez des travaux de restauration de votre couverture pour envisager une autre isolation convenable et gagner en confort, qu’il fasse froid ou chaud.

Vous êtes couvreur ?

Ce site est à louer

Ce site est actuellement disponible à la location. Positionné sur plusieurs mots-clés importants, vous pouvez le louer et recevoir les appels passé sur ce site. N’hésitez pas à nous contacter au 09 77 21 92 69 ou via notre site www.monsitecouvreur.com

Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.